BRÈVES

Roadmap for a comprehensive and coherent network of well managed MPAs in the Mediterranean
La Feuille de route des AMP de Méditerranée

Une vidéo du CAR/ASP sur le développement de la Feuille de route.


Mediterranean Marine Protected Areas as nature-based solutions to climate change
Les AMP de Méditerranée et le changement climatique

Une video de l'UICN sur les Aires Marines Protégées comme une solution au changement climatique basée sur la nature


.

Le Forum est labélisé COP22


  • The IUCN Green List builds momentum in China for effective protected and conserved areas Work...
  • On World Day to Combat Desertification we look at how conserving soil biodiversity can make...
  •   What are the boundaries? Where are the limits? Our water, food and air, our livelihoods and...
WKOB2 - D’une gestion effective à une gestion efficace des AMP : améliorer les stratégies et politiques nationales

30 Novembre - 14:30 /18:00 dans la salle Libye

Organisateurs: UICN, MedPAN

Modérateurs: Alain JEUDY DE GRISSAC, UICN

Résumé de la session: 

À partir d’exemples d’AMP à différentes phases de leur développement, cet atelier multipartite fera le point sur les progrès et les défis de la mise en œuvre opérationnelle des AMP gérées de façon efficace dans leur contexte national. Chaque étude de cas mettra donc en évidence et mettra en contexte les politiques nationales et les questions institutionnelles. Dans une deuxième étape, les discussions de groupe viseront à formuler des recommandations concrètes pour améliorer les politiques et stratégies nationales pertinentes pour la gestion des AMP.
La région méditerranéenne présente des exemples d’AMP à différents stades de développement et l’analyse en cours par MedPAN des principaux points à aborder pour une gestion réussie, efficace et bénéfique, de la biodiversité,  visiteurs et acteurs locaux seront discutés lors de cet atelier grâce à des presentation de gestionnaires, qui exposeront leurs enjeux nationaux et locaux, les options et les solutions.
Il est maintenant notoire que les principaux obstacles à l’atteinte de l’efficacité de la gestion sont liés à la capacité du pays à adopter et, le cas échéant, à améliorer, le cadre juridique et les mécanismes institutionnels relatifs aux zones marines et côtières protégées, La définition adéquate des objectifs de l’AMP, l’approbation et la révision du plan de gestion, l’allocation des ressources financières et humaines, l’identification d’un organe de gestion approprié, la collaboration entre administrations, le développement d’un programme de surveillance multiparamètres soutenu par des indicateurs, l’évaluation des résultats et l’adaptation aux changements locaux ou globaux.
Après le premier cycle d’échanges, trois groupes de travail seront créés, rassemblant les pays de l’Est, du Sud et d’Europe afin d’identifier les préoccupations sous-régionales, les problèmes et les solutions possibles, et après la restitution,  les options de coopération pour une gestion plus efficace.

ETUDE DE CAS :

Aires Marines et côtières protégées en Tunisie: opportunités  et défis d’une gestion opérationnelle
Intervenant :  Saba GUELLOUZ, APAL, Tunisie
IEn Tunisie, l’Agence de Protection et d’Aménagement du Littoral a entamé un processus de création et de gestion d’Aires Marines et Côtières Protégées (AMCP) depuis l’année 2000.
La stratégie initiale avait prévu en parallèle deux axes de travail:
(i) L’élaboration des plans de gestion a été effectuée entre 2000 et 2004 suivie par l’obtention de fonds et une gestion opérationnelle de terrain en concertation avec les parties prenantes pour certains sites (ex: La Galite, Tabarka, Zembra, Kuriat). Cette gestion est consentie par la loi donnant les prérogatives de l’APAL (art.9 de la loi 75-95 de juillet 1995) mais ne permet pas l’opposabilité aux tiers des plans de gestion.
(ii) l’amélioration du cadre juridique et institutionnel de la création d’AMCP par l’élaboration et la promulgation d’une nouvelle loi spécifique. La loi préparée en 2001 n’a pu voir le jour que le 20 juillet 2009, ses décrets d’application promulgués en 2014 n’ont pas pu jusqu’à maintenant être mis en oeuvre.
La lenteur excessive des procédures administratives pour le changement du cadre juridique et l’inexistence d’une volonté politique pour la création des AMCPs ont entravé la création officielle des AMCP et ont réduit leur gestion aux activités qui font l’objet d’accord avec les parties prenantes aux sites ou qui peuvent être réalisées au moyen de la législation générale tunisienne.

ETUDE DE CAS :

Parc national marin de Karaburuni-Sazan : rendre la nouvelle AMP opérationnelle
Intervenante :  Lorela LAZAJ, National Agency of Protected Areas en Albanie, Regional Administration of Protected Areas, Vlore
Le Parc national de l’écosystème marin près de la péninsule de Karaburuni et de l’île de Sazani a été proclamé le 28 avril 2010 par le Conseil des ministres, sur proposition du Ministre de l’Environnement, des Forêts et de l’Administration de l’Eau. La superficie totale du parc national Karaburun-Sazan est de 12.570,82 ha, la zone marine près de Karaburuni ayant 9 848,95 ha et la zone marine près de l’île de Sazani avec 2 721,87 ha. Le parc est situé à la frontière entre l’Adriatique et la mer Ionienne.
Il est très connu pour ses valeurs naturelles, culturelles et socio-économiques telles que les herbiers de posidonie, les communautés coralligènes, les pêcheries artisanales, le tourisme, les plages, les vestiges archéologiques et historiques, les grottes avec des scénarios historiques et les restes militaires historiques etc. Ces valeurs sont menacées par des activités humaines intenses. Ceci a entraîné une dégradation des herbiers, des communautés coralligènes, des formations géologiques, des sites archéologiques et historiques, et une diminution des stocks de poissons, etc. En 2015, le plan de gestion a été approuvé par le ministère de l’environnement et depuis, le travail a été axé sur: la conservation de la biodiversité, le soutien à la conservation de la biodiversité, les communautés locales et l’utilisation durable des ressources naturelles, la sensibilisation et l’éducation et le maintien des valeurs culturelles et historiques en promouvant des pratiques touristiques durables. Depuis la création de l’Agence nationale des aires protégées en février 2015, des changements importants ont eu lieu dans la région, sur la manière dont les ressources naturelles sont utilisées pour la communauté locale ou sur la perception de l’importance d’une AMP. L’administration de l’AMP est encore confrontée à certains défis en raison de l’application de la législation, le manque de renforcement des capacités et les réductions du budget pour administrer et surveiller la zone de façon adéquate. En prenant part à certains projets en cours dans la région, nous avons pu augmenter notre capacité, renforcer les compétences du personnel et mettre en place des droits d’entrée pour les touristes. La nouvelle loi sur les AMP se développe, en nous permet de résoudre certaines des principales lacunes juridiques.

ETUDE DE CAS :

L’engagement des parties prenantes et les premiers pas dans la co-gestion du par naturel de Telašćica
Intervenant :  Vesna Petešić et Milena Ramov, Telašćica nature park, Croatia
L’engagement des parties prenantes dans le processus de planification de la gestion comme dans la mise en œuvre des activités prévues est crucial pour résoudre les problèmes ainsi que pour atteindre les objectifs fixés dans le plan de gestion.
L’approche participative, elle, diffère en fonction du type de  parties prenantes à impliquer dans le processus de planification. Notre expérience, nous avons appris que nous devions moduler notre discours en fonction de leur l’intérêt dans le processus.
D’une part, la zone du Parc Naturel est une propriété privée, ce qui entraine la nécessité d’impliquer la communauté locale dans le processus de planification de la gestion ainsi que de respecter leurs opinions et leurs idées et d’intégrer leurs besoins dans les documents stratégiques. Ce groupe est difficile à motiver  car il est hétérogène et composé de personnes qui nécessitent une éducation à long terme sur l’importance de la conservation de la nature. Pour créer une co-gestion avec ce groupe, il faut du temps et un haut niveau d’engagement pour atteindre une communication de qualité et une motivation pour la coopération.
D’autre part, les institutions en tant que parties prenantes, qui ont également une importance dans la réalisation des objectifs, ont un rôle clé dans la gestion de l’aire protégée qui repose sur une coopération de qualité et efficace. Ici, les principaux intervenants qui apparaissent sont dans le secteur du tourisme en raison de leur impact significatif sur l’utilisation des ressources naturelles de la région. Il est beaucoup plus facile de travailler avec ce groupe (du moins avec une partie du groupe) car ensemble, nous avons essentiellement les mêmes objectifs et nous pouvons dire qu’une co-gestion de base est créée à travers le projet SEA-Med (processus de planification et mise en œuvre du plan de tourisme durable) .

ETUDE DE CAS :

Mettre en place un tableau de bord dans un parc naturel marin : des problématiques locales à nationales
Intervenant :  Olivier Musard, parc naturel marin du Golfe du Lion, Agence des AMP
“ Parc naturel marin ” est une catégorie française d’AMP supervisée directement par l’Agence française des AMP. Basé sur un dialogue continu avec les parties prenantes et en particulier avec leurs représentants au sein du conseil de gestion, la direction doit être reliée à un tableau de bord qui doit être mis en place très rapidement après l’adoption du plan de gestion. Cette approche basée sur l’évaluation est motivée par un processus d’interconnexion vraiment complexe et souligne un ensemble de questions d’échelle pour les indicateurs à choisir pour une période de 15 ans. .